JUKEBOX : Dreamcatcher montrent leur “OOTD” à l’ère du digital dans leur nouvel album [VillainS]

Un retour des plus mystérieux

Alors qu’elles ont terminé leur trilogie sur l’Apocalypse avec “BONVOYAGE”, c’est une nouvelle ère qui commence, avec un tout nouveau concept. Versus Villains était déjà bien annoncé avec des images mystiques et des phrases à décoder via un compte Twitter et Youtube à l’username des plus énigmatiques. Que veut dire @ymenehcra99 ? Les insomnias (fans de dreamcatcher) ont donc joué le jeu pour essayer de cracker le code mystère. 

La chaîne Youtube officielle du groupe a publié une vidéo non répertoriée avec les mots “find your real crown”, mais a également commenté sur d’anciennes vidéos de Dreamcatcher, teasant de nouveau les fans.

Les premiers tweets du compte mettaient en scène une sorte de cauchemar où il semble que la personne tenant le compte est coincée quelque part et doit se sauver. Des questions, des mots étranges mais aussi des visuels spooky ont attisé la curiosité des insomnias mais aussi d’un public plus large. Alors qu’elles ont attiré l’attention à leur passage au Mcountdown à Paris le 15 Octobre dernier, c’était le parfait moment pour elle de revenir. 

Des phrases enigmatiques

Voici quelques images publiés sur le compte Twitter, accompagnées de phrases tout aussi énigmatiques que

Depuis quelque temps, je vis des choses étranges. Tout a commencé lorsque j’ai ramassé cet étrange morceau de papier. Si vous connaissez cet article ou si vous avez vécu la même chose que moi, envoyez-moi un message privé. C’était le 9 septembre, après ma fête d’anniversaire. En rentrant chez moi après avoir joué avec mes amis, j’ai vu par hasard cette enveloppe posée sur le sol. J’étais curieux et ivre parce qu’il y avait quelque chose à l’intérieur, alors j’ai ramassé le papier et vérifié le contenu à l’intérieur de l’enveloppe. De la confirmation jusqu’au lendemain matin. Je n’ai aucun souvenir. Je pensais que le film avait été coupé parce que j’avais trop bu, alors je l’ai ignoré. 

Et à partir de ce jour, mes souvenirs ont commencé à disparaître un à un. Lorsque ce souvenir disparaît, je commence à faire des choses étranges dont je ne suis pas au courant. Des membres de votre famille ou des connaissances vous ont-ils déjà demandé pourquoi vous aviez fait cela ? C’était là, mais je ne comprenais pas ce qu’ils disaient parce que je ne m’en souvenais pas, alors j’ai simplement supposé que j’avais oublié et je suis passé à autre chose. Mais il y a quelques jours, je suis allé sur YouTube et je me suis retrouvé connecté avec un identifiant étrange. 

C’était la première fois que je voyais une pièce d’identité que je n’avais jamais créée auparavant. Même Twitter a un nouveau compte. J’étais connecté. Ce compte tweete en ce moment. Créer un nouveau compte n’est pas un gros problème, vous pouvez donc simplement l’ignorer. Mais hier, quand je suis allé sur Twitter, j’ai vu une photo étrange publiée, j’ai été choqué et j’ai pensé que mon téléphone avait été piraté, et j’ai fait part de mes inquiétudes à mes amis. 

Mes amis m’ont dit de supprimer d’abord la photo parce qu’elle faisait peur, alors je l’ai supprimée. Cependant, à mon retour aujourd’hui, la même photo a été publiée à nouveau. Quoi qu’il en soit, mes amis ont dit que j’avais l’air d’une personne différente ces jours-ci, et que j’avais même déchiré une photo d’une couronne qu’un ami avait dessinée, et que j’avais même pris un porte-clés en forme de couronne dans le sac d’un étranger. J’avais tellement peur d’avoir agi de manière si agressive et je voulais trouver une solution. Mais étrangement, à partir de ce moment-là, je n’ai jamais quitté ma tête avec la conviction qu’une fois la couronne trouvée, tout serait résolu. S’il vous plaît, aidez-moi à trouver la couronne. S’il vous plaît RT.” “

Les fans se sont sentis investis pour aider la personne à trouver sa couronne, et ont complètement joué le jeu en envoyant des DM, en répondant et en faisant des théories. 

Des sondages ont même été utilisés pour interagir avec les fans. 

Une direction artistique “spooky

La DA se dessine déjà sur ce projet spooky où on voit des éléments récurrents tels que les mains, les doudous, les lettres brûlées mais aussi les statues et matières. On y voit une main qui devient noire, mais aussi une autre main sur la bouche d’une statue de marbre. Sur ces images en filigrane se trouvent quelques codes à déceler tels que “SWALLOW ME” (avale moi) ou “I KNOW YOUR MIND” (je connais ton esprit). 

Toute cette histoire mène à la recherche de la couronne qui a finalement été retrouvée et publiée sur le compte avec écrit “couronne” en plusieurs langues. Des tweets ont été faits jusqu’au 21 Novembre, soit la veille du comeback.

En parallèle, le compte de Dreamcatcher ont publié des concept teasers avec de nouveaux photoshoots des membres. Pour celles et ceux qui n’auraient pas suivi les codes mystère, une stratégie de teasing traditionnel a quand même été utilisée. Une première stratégie a consisté en des photos à la Harley Quinn déjantée, dans un poste de police désaffecté qui nous rappellent les images mystiques du compte Twitter.

Une seconde plus classique avec des tenues sobres noir et blanches, dans une salle blanche d’exposition. Les membres ressemblent à des statues d’art moderne, ou du moins une version plus sombre. 

Des teasings sous différents formats

La tracklist a été révélée le 10 novembre, proposant 5 nouvelles chansons (dont une intro) toutes composées et écrites par leur habituel producteur Ollounder (qui compose pour Ateez également), accompagné par Peperoni et Oliv. MADDOX, artiste de chez KQ Entertainment, a par ailleurs participé à la composition de “OOTD”. 

Dreamcatcher ont également l’habitude de présenter leurs projets avec trois formats, un littéraire, un musical et un de danse :

  • Lyrics Spoiler
  • Highlight Medley
  • Dance preview
  • Sasha’s Vlog, une vidéo “vlog” qui est en réalité un MV teaser, mais qui joue sur l’identité de ce.tte fameux.se Sasha. L’univers du digital, du hacking et des montages est alors bien mis en évidence

TRACK BY TRACK

Intro : This my fashion

Dreamcatcher a pour habitude de commencer leurs albums avec une chanson d’introduction pour entrer au mieux dans le projet. L’album se lit et s’écoute dans l’ordre et débute avec une instrumentale qui nous met dans le bain sur laquelle Dami chante “OOTD This my fashion”. Sa voix est modifiée et robotique, nous faisant presque penser à un glitch. Elle introduit parfaitement la title track qui suit mais aussi le concept de l’album autour des personnages alternatifs, de ces antagonistes qu’on nomme “VillainS”. Le son repose essentiellement sur une mélodie à la basse électrique, accompagnée d’éléments sonores saturés qui donnent une couleur particulièrement profonde et sombre au projet.

Votre autrice étant une grande fan de basse, sa place centrale ici est d’autant plus plaisante!

Title track : OOTD

La basse continue avec une transition parfaite sur la title track “OOTD”. Pari quelque peu risqué pour le groupe puisque malgré les mêmes équipes de production musicale. C’est un morceau moins mélodique et mainstream que leurs autres title tracks. On retrouve des éléments rocks avec une instrumentale puissante qui mélange basse, guitare et batterie, presque grunge, voire même se rapprochant du rock industriel, par leur traitement complètement saturé. La chanson est structurée à la perfection avec une entrée en matière vocalement forte grâce à Siyeon et SuA, respectivement avec un belting compressé et distordu et une approche plus mélodique pour l’autre. Le mixage accentue la puissance de Siyeon en déformant sa voix pour un effet old school radio, qui n’est pas sans nous déplaire. 

Tout du long les membres scandent “OOTD This my fashion, shut up no more questions” (OOTD, c’est ma fashion, tais toi, ne pose plus de questions) délivrant avec légèreté un discours d’indépendance et de liberté, mais aussi et surtout créant une topline percutante et efficace. On retient vite la phrase qui devient un élément central et mémorable du son.. On apprécie particulièrement le pré-refrain mi-mélodique grâce à Handong et Gahyeon et mi-slammé grâce à JiU et Yoohyeon, qui est très satisfaisant à l’écoute. Le refrain relâche la tension accumulée pour atterrir sur cette fameuse phrase catchy et entraînante, tout en apportant une réelle nouveauté à la discographie de Dreamcatcher.

Le MV suit cette tendance glamour et fashion en montrant les membres dans différentes tenues marquées, on pense à Handong qui pose dans une salle kaléidoscopique entourée de miroirs et de statues glamour. On pourrait également citer JiU en Dior dans une sorte de boîte à poupée exposant son “OOTD”. Le MV propose une mise en abyme où on voit les membres être filmées et être photographiées. Yoohyeon, Handong, JiU et Gahyeon posent pour les caméras dans différents settings, un background blanc pour les trois premières et un studio de supermarché pour la seconde.

La cassure du 4ème mur continue lorsque juste après le premier refrain chorégraphié, la musique se coupe pour montrer un “Behind the scene” entre Handong et Yoohyeon qui venaient de filmer une scène de bagarre féminine. La caméra recule pour montrer le studio, les lumières mais aussi le staff qui travaille sur le clip qu’elles tournent. A la fin du clip, on voit JiU attraper et tourner la caméra comme pour signifier que le tournage est terminé;

Globalement, le clip est très codifié autour du digital et du montage photo et vidéo puisqu’on y voit une flopée d’écrans et de clics avec des dossiers, des logiciels tous reliés à Dreamcatcher et leurs prises de photographie / prises de plan. Aussi, nous les voyons tantôt sur fond vert, tantôt sur fond incrusté, comme pour signifier une nouvelle fois la virtualité des éléments. Elles nous rappellent que les photoshoots sont factices et sont en réalité le fruit d’un travail artistique de photographe puis de graphiste et de coloriste, et aussi que les scènes jouées ne sont que des performances d’actrices.

On pourrait élargir les théories par rapport au compte Twitter et Youtube du teasing en miroir avec les éléments du clip. On y retrouve cette couronne perdue puis retrouvée puisqu’elle apparaît au-dessus des membres dans les scènes de danse, mais également sur notre écran au point d’acmé du clip. Des messages codés et brefs sont transmis : “only the crown can determine fate” (seule la couronne peut marquer le destin), qui laisse libre cours aux interprétations des fans. Si pendant l’era Apocalypse, la terre tremblait et les membres accouraient pour la sauver, il semble qu’ici elles soient des VillainS (des “méchants personnages”) qui ont pourtant l’air de vouloir nous montrer l’envers du décor du digital et nous avertir.

Les insomnias se sont adonné·e.s à de nombreuses théories et interprétations

Rising

Si vous avez aimé l’OST de l’anime Nana (“Rose” de Ana Tsuchiya), alors “Rising” va vous plaire. L’introduction de ce titre nous fait fortement penser à cette autre chanson puisqu’elle démarre en trombe avec une mélodie de guitare électrique déjà puissante
Les couplets sont l’occasion pour chacune des membres de montrer ses points forts vocaux :  la voix sirupeuse de Handong, la puissance deSuA, la maîtrise de Siyeon, les aigus de Yoohyeon et JiU, le rap de Dami, la voix de tête de Gahyeon.

Rising” est un son majoritairement rock, non sans rappeler les influences j-rocks. La touche pop du morceau est apportée par l’attention toute particulière aux voix des membres, mises en avant dans le mix. On comprend vraiment que Dreamcatcher est un groupe de vocalistes qui savent user de diverses techniques et montrer de multiples facettes. Elles ne disparaissent pas au travers d’une instrumentale forte et puissante, suffisamment originale dans le paysage k-pop actuel par ailleurs pour se démarquer.. Petite mention spéciale pour le deuxième refrain qui voient les voix de SuA et Siyeon se compléter à la perfection, ce tandem fonctionne à merveille sur des mélodies aux notes hautes, montrant leur technique de projection vocale admirable. On note cette même capacité de projection chez SuA dans sa high note finale qui prouve bien son statut d’all rounder.

Shatter

Cette b-side est celle qui a été choisie pour la promotion de l’album avec la title, et on comprend pourquoi : elle est addictive.

Elle a d’abord bénéficié d’une version Showcase uploadée sur la chaîne du groupe :

Jiu et Gahyeon commencent la chanson avec une voix vaporeuse. Elles sont suivies par Yoohyeon dont la phrase “rather bring me up” est très satisfaisante, la note nous emmènerait presque dans un autre monde. Avec “Shatter”, les couplets sont oniriques et doux, on plonge dans les voix des membres. On est emportés avec douceur jusqu’à être totalement chamboulés avec le refrain “drum bass” qui contraste. Les membres ont alors l’occasion de danser en groupe et de proposer une chorégraphie percutante puisque seule la phrase “bang it on my Shatter” est présente. On décèle des notes d’EDM et rien qu’à l’écoute on pouvait déjà s’attendre à un dance break parfaitement millimétré. Dami et Siyeon se partagent le centre sur la première partie du refrain avec un charisme hors pair. C’est ensuite notre main dancer SuA qui prend la relève et fait rayonner son énergie sur ce dance break. 

En effet, ce morceau fait l’objet d’une chorégraphie spécifique puisqu’une “dance video” a été publiée quelques jours après la sortie de l’album :

Mention spéciale pour le deuxième couplet de cette chanson qui est satisfaisant à la fois à l’oreille mais aussi visuellement. JiU et Yoohyeon interagissent dans la chorégraphie et dans leur interprétation vocale, comme si les voix dansaient au même titre que leurs corps. A leur danse s’ajoute une petite phrase très mélodieuse par Siyeon qui est encore une fois addictive. On peut également noter la phrase “kiss me darling” qui revient à plusieurs reprises et qui reste en tête. Le bridge et le dernier refrain ont ensuite un aspect plus sombre, comme si la chanson racontant une histoire sonore du rêve vers le cauchemar. Le son se termine avec une coupure nette : est-ce un réveil abrupt ?

Shatter est de loin une des meilleures b-sides du groupe tant pour son atmosphère vaporeuse et onirique que son refrain percutant (banger) et sa chorégraphie puissante.

We Are Young

Enfin le mini album se termine sur une note plus joyeuse avec ce morceau qui change totalement d’univers artistique. C’est cette fois-ci sur de l’EDM joyeuse que les membres chantent. On imagine facilement le rapprochement avec d’autres de leurs titres comme “Silent Night” ou “Poison Love” toutes deux très appréciées du fandom.

Les voix des membres sont plus douces et la mélodie upbeat nous donne envie de danser avec notre casque. Elles nous chantent des messages d’espoir et de positivité, simples mais efficaces : “Don’t cry/ tomorrow will be bright/ because we are young” (ne pleure pas, demain sera meilleur car nous sommes jeunes).
Yoohyeon et Siyeon font de très jolis falsettos sur le deuxième couplet. Siyeon clôt la mélodie avec une ribambelle de high notes toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Le morceau est suffisamment efficace et on se voit bien sauter dans la fosse d’un de leurs concerts, à la fois grâce au piano synthé qu’aux adlibs de Dreamcatcher.


Verdict : “VillainS” est presque un peu trop court à notre goût car on aurait aimé davantage de sons, mais il est cruellement efficace puisque les 4 morceaux complets en plus de l’intro forment un parfait équilibre. Entre puissance vocale, storyline travaillée et équilibre des genres musicaux, Dreamcatcher réussit un nouveau projet qu’on a envie d’écouter et de réécouter (live).

Auteur / autrice

  • Melanie F.

    Co-présidente partenariats et relations extérieures, je suis aussi rédactrice pour dear. korea Passionnée par la musique, la danse et les arts du spectacle, je m’intéresse à la Kpop depuis 2015, d’abord en tant que fan mais ensuite comme professionnelle de la musique. Au travers de mes articles, je souhaite partager et créer de la discussion autour des concerts, des revues musicales, mais aussi des enjeux de marketing et de communautés de fans.

    Voir toutes les publications

Nos derniers articles